Grand Amour, sondage : à vous de jouer !

Si « Grand Amour » était un film, quelle serait l’interprète idéale d’Agnès selon vous ? (j’enverrai un exemplaire du livre à l’actrice qui aura obtenu le plus de voix…)

Grand Amour, à propos d’Agnès

Bizarrement, ce qui m’a pris le plus de temps dans Grand Amour, ç’a été de déterminer le métier d’Agnès. C’est une fille un peu perdue mais je ne voulais pas que sa situation déprime. Je l’ai faite secrétaire, serveuse place de la Bourse, actrice au chômage obligée de faire des pubs radio pour de la litière pour chats… Ça n’allait pas : ça donnait un côté borderline, un peu désespéré, à ce qu’elle faisait dans le livre.

L’épiphanie, je l’ai eue en France, dans le rayon livres d’un Monoprix, devant les couvertures de romans sentimentaux. J’ai tout de suite pensé à la personne qui passait ses journées à traduire ces bluettes pratiquement pornos. C’est un métier pas ordinaire, à la fois sympa et frustrant, et je trouvais drôle d’imaginer comment il pouvait déteindre sur le quotidien de la personne qui l’exerçait.

Et puis j’aimais l’idée d’associer dans un livre le monde du rugby et celui des romans roses. Les garçons, les filles. La mêlée, la caresse. Je me disais que cette rencontre pourrait produire quelque chose d’intéressant.